Contact et horaires

Médiathèque

1, place Jean-Philippe Rameau
60800 Crépy-en-Valois
03 44 87 92 53


mediatheque@crepyenvalois.fr

Horaires :

Mardi

Fermé 14h - 17h30

Mercredi 

10h - 12h30 14h - 17h30

Jeudi

Fermé 14h - 17h30

Vendredi

10h - 12h30 14h - 17h30

Samedi

10h - 12H30 14h - 17h

Défi #5 - Ados/adultes

A silent voice (1) : A silent voice

par Ōima, Yoshitoki
Shoko Nishimiya est sourde depuis la naissance. Même équipée d'un appareil auditif, elle peine à saisir les conversations, à comprendre ce qui se passe autour d'elle. Effrayé par ce handicap, son père a fini par l'abandonner, laissant sa mère l'élever seule. Quand Shoko est transférée dans une nouvelle école, elle fait de son mieux pour dépasser ce handicap, mais malgré ses efforts pour s'intégrer dans ce nouvel environnement, rien n'y fait : les persécutions se multiplient, menées par Shoya Ishida, le leader de la classe. Tour à tour intrigué, fasciné, puis finalement exaspéré par cette jeune fille qui ne sait pas communiquer avec sa voix, Shoya décide de consacrer toute son énergie à lui rendre la vie impossible. Tour à tour psychologiques puis physiques, les agressions du jeune garçon se font de plus en plus violentes... jusqu'au jour où la brimade de trop provoque une plainte de la famille de Shoko, ainsi que l'intervention du directeur de l'école. Ce jour-là, tout bascule pour Shoya : ses camarades, qui jusqu'ici ne manquaient pas eux non plus une occasion de tourmenter la jeune fille, vont se retourner contre lui et le désigner comme seul responsable... Publié sous la forme d'une nouvelle de 60 pages en 2011, A Silent Voice réussit l'exploit retentissant de se placer numéro 1 du vote des lecteurs du Bessatsu Shonen Magazine (Kodansha) devant le best-seller du moment au Japon, L'Attaque des Titans. Ce tour de force lui vaudra d'être décliné en série, et de s'imposer comme un véritable phénomène de société. Un manga pas comme les autres, qui réussit avec brio à parler de handicap dans un magazine shonen, de manière juste et touchante !

Blue giant (1) : Blue giant : tenor saxophone, Miyamoto Dai

par Ishizuka, Shinichi
Pour être le premier... Dai Miyamoto est en terminale. Il fait partie de l'équipe de basket, travaille à mi-temps dans une station service, et vit seul avec son père et sa petite soeur. Surtout, il s'est pris de passion pour le jazz depuis le collège. A tel point qu'il joue tous les jours sur les berges de la rivière, peu importe les conditions météo. Qu'il pleuve, qu'il vente ou que la canicule soit au rendez-vous, il joue. Il veut être un géant du jazz et reste persuadé qu'il peut y arriver. Seulement, pour cela, il va devoir se confronter à la réalité : entre les explications aux amis, les premières représentations chaotiques et les rencontres diverses, la détermination de Dai va être mise à rude épreuve... Le trait si précis de l'auteur de Vertical s'attaque cette fois-ci à un défi de taille : la musique en général et le jazz en particulier. Et force est de reconnaître que le défi est relevé avec brio : les notes s'envolent littéralement des pages et l'on se met à vibrer pour les péripéties de Dai, prêt à tout pour briller au firmament du jazz. Pour tous les fans de musique comme pour les autres, Blue Giant vous ouvre les portes d'un nouveau monde.

Dédale (1) : Dédale

par Takamichi

L'auto-école du collège Moriyama

par Shinzō, Keigo
Paru en 2010 au Japon et adapté au cinéma en 2016, l'Auto-école Moriyama-chû est le premier manga de Keigo Shinzo (Tokyo Alien Bros., Holiday Junction). Il évoque avec humour les déboires d'un jeune homme apathique qui s'éveille aux autres grâce aux marginaux qui fréquentent une auto-école non homologuée tenue par des yakuzas...

L'oiseau bleu

par Murakami, Takashi
Yuki Higashimoto est la plus heureuse des femmes : un mari aimant, Naoki, et un adorable garçon de 5 ans, Shu, la comblent de bonheur. Mais la sortie de route de la voiture qui les ramène d'un innocent pique-nique va sonner de manière cruelle et irrémédiable la fin de cette existence paisible… Le petit Shu ne survit pas à la violence du choc, et Naoki est plongé dans un coma végétatif. Pour Yuki, un long combat commence : comment reconstruire sa vie et préserver un lien avec un mari qui est présent sans l'être ? Dans ce manga post 11 mars 2011, l'auteur du remarqué Chien gardien d'étoiles évoque la difficulté de surmonter la perte d'un être cher. Famille, enfance, vieillesse, oubli, la plume poétique de Takashi Murakami parcourt délicatement le cycle de la vie et fait mouche en nous transmettant un formidable message d'espoir.

Le bateau-usine

par Fujio, GÃo
Dans les années 20, au Japon... L'industrialisation du pays fait rage, tandis qu'en Russie, la Révolution vient de s'achever. Au port de Hakodate, c'est l'effervescence : le bateau-usine s'apprête à partir en mer, pour pêcher des crabes qui seront revendus à prix d'or. Mais les ouvriers-pécheurs ne se doutent pas encore du destin qui les attend... Exploités, battus et spoliés par Asakawa, l'intendant du navire qui ne pense qu'aux bénéfices de l'entreprise qu'il représente, ils vivront un véritable enfer quotidien. Pourtant, peu à peu, les esprits commencent à s'échauffer... Un jeune étudiant, influencé par les romans de Dostoïevski, décide de prendre la tête d'un mouvement de rébellion... La grève est ouverte !

Le chien gardien d'étoiles (1) : Le chien gardien d'étoiles

par Murakami, Takashi

Le Voyage de Kuro (1) : Le voyage de Kuro : histoire d'une itinérante

par Kiyuzuki, Satoko

Miss Hokusai (1) : Miss Hokusai

par Sugiura, Hinako
Miss Hokusai tenait de son père son talent et son obstination. C'était une femme libre qui fumait la pipe, buvait du saké et fréquentait les maisons de plaisir pour croquer les belles femmes sur le vif. Autour d'elle et de Hokusai se déploie la chronique fantasque d'une vie de bohème au début du XIXe siècle, où se côtoient peintres, poètes, courtisanes et acteurs du kabuki. Sugiura Hinako (1958-2005) est une mangaka et une historienne spécialisée dans la vie et les coutumes du Japon de l'ère Edo. Elle travaillait beaucoup pour le cinéma et son manga a été adapté en film en 2015.

Orange (1) : Orange Tome 1

par Takano, Ichigo

Orgueil et préjugés

par Tse, Po

Poison City (1) : Poison City

par Tsutsui, Tetsuya
Tokyo, 2019. A mois d'un an de l'ouverture des Jeux Olympiques, le Japon est bien décidé à faire place nette avant de recevoir les athlètes du monde entier. Une vague de puritanisme exacerbé s'abat dans tout le pays, cristallisée par la multiplication de mouvements autoproclamés de vigilance citoyenne. Littérature, cinéma, jeu vidéo, bande dessinée : aucun mode d'expression n'est épargné. C'est dans ce climat suffocant que Mikio Hibino, jeune auteur de 32 ans, se lance un peu naïvement dans la publication d'un manga d'horreur ultra réaliste, Dark Walker. Une démarche aux conséquences funestes qui va précipiter l'auteur et son éditeur dans l'oeil du cyclone... En s'appuyant sur son expérience personnelle, Tetsuya Tsutsui (Prophecy, Manhole) nous livre avec Poison City une oeuvre fascinante sur la liberté d'expression et les coulisses de la création manga au Japon.

Relife (1) : Relife

par Yayoiso

Sans aller à l'école, je suis devenu mangaka

par Tanazono, Syoichi
Le jeune Masatomo aurait pu avoir une vie normale : jusqu'à son entrée à l'école primaire, il était en effet un petit garçon plutôt jovial. Mais hélas, en première année, sa trop colérique professeur lui donne un gifle particulièrement violente et pas du tout justifiée. Dès lors, la spirale infernale commence pour Masatomo, qui n'ose plus retourner à l'école : peur du regard d'autrui et des rumeurs, incapacité à sortir de chez lui, difficultés à s'intégrer et à se comporter naturellement avec les autres... Tous les ans, malgré les efforts de ses parents, mais aussi de nombreux professeurs et pédagogues, il n'arrivera jamais à suivre une scolarité ordinaire. Préférant passer ses journées chez lui, à copier des dessins de Dragon Ball... Et si, au fil des pages, une vocation salvatrice était en train de naître ? Dans ce manga semi-autobiographique, Syoichi Tanazono, nous raconte avec justesse et émotion ses difficultés d'intégration à l'école... Un oeuvre importante, à n'en pas douter, qui nous rappelle l'importance de l'Art dans l'éducation. À noter qu'Akira Toriyama signe, en fin d'ouvrage, une postface.

Accessibilité

Malvoyant
Thème par défaut

Nouveautés